Les tuniciers

Ce groupe comporte des espèces fixées au substrat et d’autres nageant en pleine eau.
Ils sont couverts d’une membrane opaque (animaux fixés) ou transparente (pélagiques).

Ils passent à un stade larvaire caractérisé par une corde dorsale (rudiment de moëlle épinière).
La larve a la forme générale d’un têtard.

Une vaste cavité respiratoire est percée de fentes, analogues aux fentes branchiales des poissons.

Ils sont hermaphrodites et vivent soit en colonies, soit isolés.

Certains animaux conservent toute leur vie une queue et une dorsale.
 Chez d’autres, la queue et la corde se résorbent à la fin de la vie larvaire.

Si primitif que puisse paraître ces animaux, les zoologistes les considèrent comme les plus évolués des invertébrés, même plus que les crustacés et les pieuvres.

Deux types de tuniciers sont présentés ici :

  • Les ascidies, fixées au substrat

Ces animaux vivent en solitaires, de façon grégaire ou en colonies.

Le corps est entouré par une tunique celluloïsique.

schemas-tuniciers1-corps
2- tunique
3- siphon buccal
4- branchie
5- atrium
6- siphon cloacal
7- estomac
8- anus
9- corde dorsale (chez la larve)
10- queue musclée (chez la larve)

 

 

 

Au sommet, un syphon buccal aspire l’eau.

Celle-ci est filtrée dans une branchie avant de ressortir par l’orifice exhalant: le syphon cloacal.

La nourriture retenue par le filet branchial est transportée vers l’estomac.

Les déchets sont évacués par l’anus, situé dans le syphon cloacal.

L’animal adhère au substrat par une large base (D) ou un pédoncule (E) et (F).

schemas-tuniciers2

 

Chez les ascidies coloniales, les orifices inhalants sont groupés autour d’un cloaque commun.

Il existe chez les ascidies, hormis les ascidies solitaires, deux types d’ascidies coloniales: les ascidies sociales et les ascidies coloniales à proprement parler, appelées aussi synascidies.
Les ascidies sociales sont des ascidies de type solitaire qui vivent reliées les unes aux autres par un stolon basal. C’est le cas des espèces des genres Stolonica ou Clavelina.
Elles peuvent ainsi former des ensembles de plusieurs dizaines d’individus génétiquement identiques.

Les ascidies coloniales ou synascidies quant à elles, sont des ascidies chez lesquelles les individus vivent en groupe au sein d’une même tunique, appelée cormus. Chez certaines espèces, les individus sont regroupés en plus autour d’un siphon cloacal commun.

  • Les salpes, animaux de pleine eau

Ce sont des êtres transparents dont le corps de forme cylindrique porte deux grands orifices, un à chaque bout.

Le cylindre est traversé par une branchie qui filtre l’eau et retient les corpuscules qui nourrissent l’animal.

La reproduction des salpes génère des chaines de plusieurs mètres de long, bien que la taille de chaque individu soit de l’ordre de quelques millimètres.

Publicités